top of page

Temple de Brastos

« Une oeuvre d'art qui n'a pas commencé dans l'émotion n'est pas de l'art. »

Fondation et clôture :

Type d'Organisation :

Inconnue

Temple

Localisation

Le Temple de Brastos est localisé dans la grande région d'Argelas, non-loin des vignes qui peuplent les falaises et qui font de la cité des bretteurs la capitale du vin du continent. Stratégique, cette localisation leur permet à la fois de demeurer au plus proche de l'une des plus grandes exploitations de vin et des hautes instances du Royaume, pour l'organisation des festivités.


A l'origine nomade, voguant au gré des saisons et des célébrations dans les différents Royaumes, villages et autres clans, le Temple se fixera à Argelas en 1199 ap. T.C, sous le règne du Roi Roland III, dit le Festif qui ordonnera la construction du Temple en 1185 ap. T.C., la construction prendra du retard notamment à cause de la sécheresse de 1190 à 1193 ap. T.C. qui affaiblira la population locale.


L'invitation de Roland III, le Festif, poussera certains peuples dans la défiance par rapport aux ordres religieux dont la plupart résidaient d'ores et déjà sur leurs terres, craignant que les ordres divins ne demeurent que des outils pour les conquérants. Suite à cela, émergera la traditionnelle Route des Vins tous les six ans.


Cette route envoie la plupart des membres d'importance du Temple de Brastos, malgré les risques entrepris sur les routes afin de rendre visite à chaque peuple, ce pèlerinage dure une année pendant laquelle le Temple de Brastos renoue avec ses anciennes coutumes nomades.


Histoire et organisation

Le fils du dieu des vents et de la foudre, de part son histoire nébuleuse, demeure l'une des divinités dont nous ne connaissons guère l'origine précise. Nous savons de qui il est fils, mais d'aucune manière les raisons et l'origine de son existence. Pour autant, ce mystère qui entoure son existence n'a jamais altéré l'accessibilité du dieu des festivités.


C'est au travers du jeu avec les vents de son père que Brastos déploiera pour la première fois l'un des aspects de son don et qu'il confèrera au dieux et à l'humanité le premier instrument de musique en dehors de la voix. Chacun y trouva ce qu'il lui manquait, et ainsi on lui offrit l'une des forêts les plus recherchées par les explorateurs de tout horizon : la forêt de Tyrus. Un lieu où le jeune dieu expérimenta divers instruments et sonorités.


Si l'on prête souvent à Brastos une légèreté qui le fait avoir un impact moins important que les autres divinités, ses Grand-Prêtres et Maîtres Paladins n'ont jamais insisté pour faire valoir les droits de leurs Temples en se contentant le plus souvent d'agir à leur manière au travers d'un monde dont les troubles n'aura jamais de cesse de vouloir faire oublier les festivités ou l'art. Leurs noms sont le plus souvent méconnus de la population, ou même lorsqu'ils changent, une tradition qui demeure encore à ce jour.


Comme vu précédemment, le Temple de Brastos n'a reçu cette organisation qu'en 1199 ap. T.C, auparavant le Temple était nomade et portait ses traditions partout où leurs pieds les menaient. Ils ont ainsi choisi un Maître Paladin, plutôt que quatre et les pouvoirs du Grand-Prêtre ne sont plus partagés en chacune des facettes du Dieu afin de correspondre à l'ordre établi et de rendre leur organisation religieuse plus accessible au tout-venant.


Cependant, cette organisation connaît des différences fondamentales avec celles des autres temples, là où les Grand-Prêtres sont généralement installés au Temple Principal et n'en sortent qu'à de rares occasions telles que le Sargath, ceux du Temple de Brastos sont plus mobiles et leur voix moins prépondérante au sein du Temple. Ils sont aux côtés de trois autres prêtres ou paladins choisis pour leur proximité avec l'une des facettes du divin, nommés les Notes et, si le pouvoir divin demeure concentré en un seul Grand-Prêtre, le pouvoir décisionnaire est réparti équitablement entre les quatre Notes élues par les membres du clergé.


Les quatre branches du Temple se réfèrent donc à leur Note bien que le plus souvent la séparation soit plus flou, laissant les prêtres exprimer leur foi sur chacune des facettes de divin, s'ils le désirent.


Les études des membres du temple

Les prêtres du Temple

Les prêtres du Temple avaient pour habitude d'arpenter les terres de ce monde pour y trouver des personnes considérées comme talentueuses dans l'une des facettes du Temple. Ils leur proposaient ensuite de se dédier à leurs arts et devenaient des mécènes de ces personnes qui pouvaient y devenir prêtre ou paladin. Depuis 1199 ap. T.C., le Temple principal n'emploie plus cette méthode, laissant venir les personnes à eux, mais certains des autres Temples suivent encore cette méthode.


Au sein du Temple d'Argelas

Les personnes désirant se dévouer au Dieu peuvent décider de se présenter au Temple, s'en suivront entre quatre et dix ans d'étude, dépendamment des volontés de la personne et laissant à celle-ci l'occasion de pouvoir librement vivre son existence. Au cours de ces années, ils étudieront la théologie, les arts, les festivités et les secrets des vignobles d'Argelas.


Ils apprendront également à communiquer avec la population ainsi que les légendes des autres dieux et les musiques ayant marqué l'histoire, qu'elles soient des hymnes de guerre, de paix, de joie, de royaumes, de villes et tout ce qui peut les avoir fait naître. Les membres du clergé de Brastos auront un pèlerinage d'un an obligatoire auprès de l'un des douze autre temples, et la plupart en hommage au fils du dieu des vents se dirigent vers le Temple de Dranig bien que cela demeure un choix personnel. Ce pélerinage est nommé : Peintures Étranges.


Au travers des chants de prêtre durant lesquels le Temple invite la population, les membres présents commenceront à obtenir certains des pouvoirs du divin et à pouvoir faire vibrer leurs prières tout particulièrement. Les personnes ayant des afflictions de Vanilius, comme la surdité ou le fait d'être muet apprendront à exprimer leurs dons par d'autres biais bien que cela soit encore méconnu de par leur faible représentation au sein du Temple.


A l'issue de leurs prêtrises, l'Hymne de Brastos résonnera et terminera de leur permettre d'obtenir définitivement leurs pouvoirs de prêtres.



A Harroka

Dans les terres volcaniques, loin du Temple principal du dieu des festivités, existe une petite congrégation de prêtres, s’il est obligatoire de se rendre auprès du temple principal pour pouvoir être officialisé prêtre, la plupart passe l’essentiel de son temps au cœur de l’île pour y étudier. Ils sont en tout seize dont l’un des prêtres qui officie au sein de la Capitale pour le roi Keadon.


Depuis 1230, les liens avec le Royaume se sont resserrés en ces temps de sécheresse, notamment grâce à la prêtresse Hildegarde de Bingen, née en 1203 et membre du Temple depuis ses seize ans. Lors de l’accession au trône de Keadon VI, elle se tiendra comme représentante de la congrégation de Brastos à Harroka et établira aux yeux de tous les habitants de Harroka comment rejoindre le Temple. Sa première modification des études de prêtrise sera de leur conférer un nom : Brasthelln, pour les sages joyeux dans un ancien vespéréen à faire soupirer les prêtres de Dranig.


En faisant cela, la Prêtresse de Bingen pourra se permettre d’établir une nouvelle base à la congrégation. Celle-ci ne se contente plus d’être une extension du Temple de Brastos mais une véritable entité parallèle devenant par ailleurs un Temple fondamentalement différent bien que les préceptes du Grand-Prêtre en place continuent d’être suivis.


Selon l’âge, quelques années sont réservées à l’éducation en propre, sont inclues la lecture des partitions, et après celle du commun, la connaissance des différents instruments de musique, techniques de peinture, des diverses méthodes de sculptures, de leurs origines et des lieux dont ils proviennent permettant ainsi aux prêtres en devenir nommés les Dlyz, de s’instruire sur l’histoire et la géographie. Dépendamment de la vitesse et l’âge de chacun, cela peut durer de deux à sept ans.


L’apprentissage de l’ancien vespéréen, langue dans laquelle sont écrites les légendes originelles, vient à l’issue des Brasthelln lorsque le prêtre se rend à son pèlerinage final : La Croche du Continent.


Vient ensuite l’éducation à la théologie où les Dlyz de Brastos viennent explorer les légendes méconnues, autant les humaines que les Vulreks ou les Shaamah ; quelle que soit la race conférée à Brastos, ils voient l’île de Fulrullia sous l’œil du dieu des festivités. Cette étape ne les quittera plus bien qu’elle s’allègera au bout d’un an pour le devenir, durant la dernière année, que des apéritifs accompagnés de jeux quelconques avec des cartes, nommés les Dégustations Pensives.


Les prêtres prendront ensuite une nouvelle année pour apprendre un nouvel instrument, ou découvrir comment jouer d’un instrument. Ceux qui refusent de jouer d’un instrument pourront choisir d’apprendre à organiser des célébrations, créer des jeux aux règles parfois aussi complexes que longues, arpenter les tréfonds de Fulmyne pour en découvrir toutes les sculptures ou bien sûr à distiller l’alcool, peindre, bien que ces éléments soient plus rares par le manque de prêtres maîtrisant ces éléments. C’est à ce moment-là qu’ils auront la possibilité de boire un verre avec le Dieu, une expression couramment utilisée pour l’utilisation de l’un des Calices bénis par tous les prêtres de la Congrégation et ceux qui les précédèrent. Cet acte leur conférera des premiers pouvoirs liés à leur facette du divin.


Cette première séparation dans les études de prêtre, nommée les Vents Contraires apportera aux Dlyz une année supplémentaire d’approfondissement dans leur domaine, bien que certains décident de se tourner vers d’autres domaines d’intérêt.


A l’issue de celle-ci, ils feront la Croche du Continent où ils iront au cœur du Temple Principal durant quelques mois. Ils y découvrent les célébrations d’Argelas ainsi que la culture de son vin et pourront entendre pour la première fois les prières du continent. Certains décident de rester sur le continent, mais d’autres reviennent à Harroka ensuite. Tous reçoivent la bénédiction du Temple, une sorte de fête où une galerie d’art étale les différents domaines, des plus conventionnels aux plus excentriques. Cette célébration, donnée une fois par an, confère aux prêtres en devenir et aux Dlyz leurs pouvoirs, reconnue dans tout le Royaume, la date est systématiquement différente et les heures indues en hommage à Willanjis. Elle se nomme « L’Hymne de Brastos », un chant porteur de vérité qui survient à la fin de celle-ci de manière inexpliquée. Les instruments se mettent tous à guider leurs artistes pour en jouer les premières notes qui débutent pour tous de la même manière donnant lieu à la Partition de l’Hymne générale, la surprise provient ensuite. Tous les individus présents entendront des paroles et une mélodie différente, sonnant comme l’une des plus justes qu’ils aient jamais entendus – encore que l’euphorie du moment puisse en être responsable. Certains y verront là une vérité, d’autres une œuvre d’art, certains ses imperfections sublimées ; tous l’entendront. L’un des rares prêtre de Brastos sourd, un artiste, aura expliqué avoir vu des myriades de couleurs peindre une scène dont il aura tu le secret.


Suite à cela, l’Hymne de Brastos aura finalisé de conférer aux prêtres leurs pouvoirs, bien qu’ils se développeront à mesure de leur foi qui évoluera, l’on ne considère les pouvoirs figés qu’après une décennie.


 

Les paladins du Temple

Au sein du Temple d'Argelas

Le Temple d'Argelas a également, de par sa proximité avec les arènes de la cité des lutteurs, de nombreux individus particulièrement doués au maniement des armes bien que leurs notions de représentations profitant du combat pour démontrer le beau au détriment de l'efficace les affaiblisse particulièrement.


Leurs liens avec Minghelle sont particulièrement prégnants là-dessus, les paladins y ayant trouvé un sens artistique bien plus démonstratif que les armes du continent. La finesse des combattants de Minghelle et leurs capacités aériennes en feront rapidement la manière de combattre préférée par les paladins du Temple de Brastos, bien que ça ne soit pas la seule.


Les paladins apprennent ainsi en premier lieu les combats et leurs entraînements finissent par leur inspirer une mélodie personnelle à chacun d'entre eux, qui sera étrangement celle qu'ils entendront lors de l'acquisition de leurs pouvoirs de paladinerie lors de l'Hymne de Brastos. Cette mélodie, nommée le Rythme, les accompagne durant chaque combat leur permettant de trouver leur propre rythme et de ne jamais laisser leur opposant prendre l'ascendant sur ce point.


Ils reçoivent également un enseignement théorique qui leur permet de pouvoir connaître leur foi, leur divin et doivent se prêter aux Peintures Guerrières en se rendant à Minghelle pour apprendre auprès des locaux leurs connaissances de combat bien qu'il soit accepté de se rendre auprès du Temple de Narthe depuis 1237 afin de pouvoir venir en renfort en cas d'invasion.


 

Les oracles du Temple

Au sein du Temple d'Argelas

"Vous ne pourrez jamais apprendre ce qui est dans votre âme. Que résonnent les notes, les vins, les festivités ou une quelconque autre forme d'art, il vous appartient d'en comprendre le sens."

Les oracles du Temple de Brastos reçoivent un enseignement en tout point similaire à celui des Prêtres, bien qu'il soit généralement plus long afin de leur permettre d'appréhender leurs visions.


Il est considéré qu'ils doivent assimiler la culture d'autres régions que celle dans laquelle ils résident afin de pouvoir interpréter les messages du dieu des festivités au mieux. Aussi, ils se retrouvent très souvent à faire de multiples voyages et pèlerinages aux côtés d'un paladin qu'ils choisissent. Ces pèlerinages les éloignent tout particulièrement du Temple mais leur permettent surtout de pouvoir s'imprégner des anciens membres du temple, héritiers de la culture nomade de Brastos.


Le Chant du Temple

Le Temple de Brastos est particulièrement impliqué dans la conception de tous les alcools. Il incarne un des principaux mécènes pour les artistes en herbe et donne des conseils à ces derniers. Le Temple est également appelé pour chaque célébration suivant une cérémonie, avoir une fête organisée par le Temple est un honneur et est synonyme de réussite dans la plupart des cas.


Aussi, le Chant du Temple est la voix des quatre Notes de ce dernier, il se compose des volontés et des actions du Temple entreprises par rapport aux mortels pour propager leur foi et leurs volontés, mais leur Chant peut être entendu en tous lieux lors des grandes célébrations données en l'honneur de différentes occasions.


"Le meilleur moyen d'entendre le Chant du Temple, qu'il soit celui donné par les quatre Notes d'aujourd'hui ou d'hier, est sans doute de venir aux célébrations, peut-être y verrez-vous un elfe capable de prouesses, peut-être pas. Laissez se répandre la joie et les festivités dans votre cœur, et là vous entendrez le murmure de Brastos, et si vous prêtez attention à l'art, peut-être y découvrirez-vous le message d'un autre dieu."

Célébrations

La plupart de ces célébrations ont un retentissement sur l'ensemble de Vesperae, le Temple choisit systématiquement un lieu différent pour les célébrer pour permettre à chacun d'y assister un jour. Cette liste n'est pas exhaustive.


Célébrations primordiales

Solstice de Moniac

Localisation : Variable

Dernier jour le plus long de l'année, des célébrations autour de la chaleur et du feu, en l'honneur de Fulrullia et de ce mois de lumière sont données. Elles consistent en des feux de joie et les prêtres dispensent les protections pour les prochains mois à venir. Les célébrations se déroulent principalement de nuit, car de jour il fait trop chaud, durant toute laquelle des danses sont organisées.

Solstice de Lanjis

Localisation : Variable

Le jour le plus court de l'année est considéré comme celui du renouveau, la renaissance du soleil. Au milieu de ces périodes de repos, les décorations sont de mises et de simples repas festifs sont organisés. Il est de coutume que les prêtres de Brastos rendent visite aux demeures qui ont posé une bougie sur le rebord de leurs fenêtres pour profiter d'un repas avec eux et d'une excellente bouteille de vin qu'ils apportent. Ces célébrations sont les plus paisibles organisées par le temple.

Equinoxe de Vina

Localisation : Variable

A l'équilibre parfait entre le jour et la nuit, cette fête célèbre l'optimisme et la positivité. Les célébrations se déroulent principalement dans les champs ou en nature pour y semer les graines à venir et célébrer la fertilité aux côtés des Temples qui désirent les rejoindre. Cette célébration est celle également de la reconnaissance et il est coutume de préparer un compliment sincère pour chacun.

Equinoxe de Blasdon

Localisation : Variable

Célébration faite à l'équinoxe de Blasdon afin de saluer la fin des jours de lumière et de souhaiter à ceux des jours de ténèbres à venir. Durant cette période, la gratitude est mise en avant, durant laquelle chacun doit se montrer reconnaissant pour ce qui lui est arrivé jusqu'à l'année prochaine. Les célébrations ont lieu en intérieur, le plus souvent, et les musiques se font plus douces que celles énergisées des jours de lumière, l'appel au repos vient.

Fêtes des Moissons

Localisation : Variable

Célébrées à la première pleine lune d'Amarante après l'équinoxe de Blasdon, les fêtes des moissons animent les campagne de tous les peuples pratiquant la culture. Après une longue journée de labeur, elle est placée sous le signe du partage à son prochain et de nombreux échanges ont lieu entre les personnes avant que de grands repas réunissent l'ensemble éreintée de la population.

La célébration des douze teintes astrales

Localisation : Variable

Festivités données le premier de chaque mois en hommage au signe astrologique mis à l'honneur.

Célébrations Rolandiennes

Ces célébrations sont données en l'honneur du Royaume des Rolands, leurs échos touchent les grandes villes et parfois quelques villages du Royaume exclusivement.


Couronnement de Roland Ier - 18 yuyio 1107

Localisation : Sarosa

Célébration donnée à l'endroit où est né le Conquérant, en l'honneur de l'union des peuples barbares. On y retrouve différents jeux de stratégie et de nombreux historiens contant l'histoire de Roland Ier.

Couronnement de Roland IIe - 24 grimstel 1128

Localisation : Proncilia

Célébration donnée au coeur de la ville aux plus grandes prouesses architecturales pour Roland II le Bâtisseur, on y retrouve diverses festivités mettant à l'honneur des constructions pour les enfants et pour les adultes.

Couronnement de Roland IIIe - 10 Traniria 1153

Localisation : Argelas

En l'honneur de Roland III le Festif, la célébration prend place au sein même du Temple dont il ordonna la construction, le vin y coule à flot et les artistes venus de tous les coins du monde viennent présenter leurs oeuvres dans des galeries. Ces célébrations durent plusieurs jours, pour permettre aux artistes d'y trouver mécènes ou de pouvoir échanger avec ceux venus du monde entier. Il est raisonnablement acquis que cette célébration est aussi donnée en l'honneur de Brastos.

Couronnement de Roland IVe - 17 arisis 1212

Localisation : Palais

Au jour de son couronnement, le Temple de Brastos vient organiser avec l'accord de la reine un grand bal pour les hautes sphères de la société, bien que des échos se retrouvent dans toutes les villes, pour célébrer les actions entreprises par Roland IV dit le Juste, et prier son rétablissement.

Ouverture du premier match de blobball - 07 persu 1193

Localisation : Argelas

Les célébrations prennent place au sein de l'arène blobball où le Temple aux côtés des héros du Blob d'Or, enseigne les mystères de ces jeux et leur histoire.

Célébrations du monde

Ces célébrations sont généralement données en l'honneur d'un élément, d'un peuple ou d'un dieu en particulier, leurs localisations peuvent être variables et les échos de ces célébrations sont souvent plus rares dans tout le Royaume des Rolands, bien que cela puisse arriver de temps à autres.


Célébration de la Nouvelle Année et de la Paix - 1 sanfio

Localisation : Sarosa et un autre lieu changeant chaque année.

Au cours de cette célébration, le Temple de Brastos met en avant le temple d'Aariba à Sarosa mais également célèbre l'année à venir et celle qui s'est terminée.

Célébration pour les orphelins et vétérans de guerre - 6 sanfio

Localisation : Ibrin

Durant ces festivités, le Temple de Brastos vend de nombreuses œuvres d'arts à des personnes intéressées et reversent les bénéfices de ces célébrations aux orphelinats et aux vétérans de la guerre aux côtés du Temple de Narthe.

Célébration de l'écriture - 23 sanfio

Localisation : Naep

Auprès du Temple de Dranigba, les envoyés du Temple de Brastos organisent de grandes célébrations et des défis d'écriture pour la population tout en dispensant des jeux pour permettre à chacun d'apprendre à écrire.

Célébration des marais - 2 ariris

Localisation : Coacville ou Repens

Au coeur des marais, le Temple de Brastos vient faire résonner de nouveaux instruments, permettant lors d'une très courte période de réunir naggas et coaciens et de mettre à l'honneur leur marais et son importance pour le monde.

Célébration de la vie sauvage - 3 mortis

Localisation : Forêt Nord de Saphan

Auprès du Temple de Danava, et aux côtés des peuples elfiques, le Temple de Brastos s'invite pour faire une célébration tout en bruits naturels pour rendre hommage à la vie sauvage et présenter leur volonté contre l'expansion des villes pavées.

Célébration de la forêt - 21 mortis

Localisation : Royaume de Canyl

Durant trois jours à partir du 21 mortis, le Temple de Brastos se rend auprès du Royaume de Canyl pour y effectuer ses célébrations au sein des forêts mêmes.

Célébration de l'ingénierie - 13 traniria

Localisation : Forêt Sud Sarosa

Si la plupart des membres du Temple de Brastos ne peuvent plus se rendre à Mini'coin, ils se placent avec quelques barques au-dessus d'un lac - afin de ne pas déranger les habitants souterrains - pour y célébrer l'ingénierie parfois aux côtés du temple de Dranig.

Célébration du thé - 21 traniria

Localisation : Auberge du cottage du thé à Argelas.

Au cours d'une longue soirée, le temple de Brastos abandonne le vin au profit du thé pour rendre hommage au cottage du thé qui accueille les voyageurs d'Argelas.

Célébration des océans - 8 persu

Localisation : Port de Trigorn ou le Port de Solipha, ou Lhynn

Aux côtés du Temple de Zandaros ou des marins, le Temple de Brastos organise diverses célébrations en l'honneur de l'océan, les veillés sont connues pour des bateaux lucioles laissés sur les eaux en l'honneur des marins perdus et des mystères encore dissimulés dans les profondeurs.

Célébration des feux - 13 falonas

Localisation : Harroka

Les célébrations débutent à la nuit tombée et sont connues dans tout Harroka pour les ballons qui explosent dans le ciel en des feux d'artifices destinés à apaiser Fulmyne et à célébrer la beauté des flammes aux côtés du Temple de Fulrullia.

Célébration des artisans - 17 falonas

Localisation : Proncilia

Une grande représentation avec un marché ouvert permet à chaque artisan d'y présenter leurs réussites et de pouvoir profiter de célébrations organisées par le Temple de Brastos.

Célébration des félins - 8 au 10 grimstel

Localisation : Royaume Léonin, Harroka et une ville du Royaume.

Au cours de cette célébration, les homme-félins sont mis à l'honneur, leurs prouesses et leur histoire souvent méconnue liée aux esclavagistes. Ils y célébrent la liberté retrouvée ou celle qu'il convient encore d'acquérir.

Célébration des catastrophes naturelles - 13 yuyio

Localisation : Variable

Au cours de cette célébration, le Temple de Brastos enjoint les populations à prier Démonio pour leur épargner de nouvelles catastrophes naturelles. Ils essaient ainsi de permettre au Temple de Démonio d'être mieux accepté au travers du Monde.

Célébration de l'au-delà et de la nuit de l'ombre - 31 yuyio

Localisation : Variable

Dès le début de la nuit, le Temple de Brastos rejoint les différentes rues pour y organiser une festivité tout en étrangeté et curiosités mettant ainsi à l'honneur les soldats tombés au combat, et le Temple de Vanilius par extension.

Ordres

Commun au lore du Temple de Vanilius.

Au cours des années, de multiples groupes se sont vus créer, détruis et changés au sein des Temples. Par la volonté des Grand-Prêtres, des Maîtres Paladins, des Oracles ou de quelconques personnes dont les idées auraient trouvé écho au sein des murs de la foi. Ces groupes émergeants se sont faits nommer les Ordres et certains furent finalement interdits par les temples avant que de nouvelles générations viennent les réhabiliter, parfois pas.


Si de l'extérieur, les Temple semblent être des édifices ancestraux et immuables, leurs dogmes sont en perpétuelle évolution à chaque mortel qui prend part à la foi. Bâtis pour les dieux et les mortels de ce monde, ils n'en demeurent pas moins des concepts que les mortels réinterprètent en fonction de leur époque, de leur culture et de tous ces éléments qui confèrent aux temples leur importance dans le monde. Les dieux immuables confient des messages toujours retransmis par des voix mortelles avec toutes leurs failles et faiblesses. Cela fut explicité par un prêtre de l'Ordre des Douze, interdit à ce jour et non reconnu par les temples officiels, les propos de ce prêtre sont encore à ce jour pris avec beaucoup de recul mais explicite l'importance des Ordres au sein des Temples.


"La volonté d'être au plus proche de la voie divine est hypocrite. L'on ne saurait parler pour un parent à sa place ni se sentir plus légitime que lui à propager son message - aussi occupé fusse-t-il. Les dieux dans leur immensité sont les incarnations du monde, nés de pouvoirs et d'une compréhension dépassant de loin celles des mortels. Leurs légendes ne sont que des contes que l'on réserve à des enfants trop jeunes pour comprendre les faits tels qu'ils furent. De ces pouvoirs, si le divin avait un message à nous faire passer, il lui serait bien aisé de le faire sans avoir à se forcer pour nous le rendre compréhensible et il est sot de s'imaginer capable d'en comprendre les fondements s'ils ne nous le disent pas. Les dieux sont leur présence et leur négation ; les souffrance subies et leur absence ; la justice et l'injustice et qui parfois s'entremêlent pour faire d'autrui leur inverse comme guerre et paix, vie et mort. Pour autant, qui serait prompt à dire que Narthe cesse d'être le combat ou son absence car Aariba incarne la paix ? De la justice, la rédemption est-elle absente car il sépara son cœur en deux ? LA seule réponse que nous fournissent les dieux à cette interrogation est l'absence de certitudes. Ils pourraient pourtant transmettre à leurs oracles de claires visions plutôt que les nébuleuses apparitions que nous ne parvenons jamais à déchiffrer clairement.


C'est dans le doute que doivent demeurer les mortels de chaque Temple, ne jamais prendre le divin pour acquit et c'est là le pouvoir le plus puissant que les dieux nous ont conféré : le doute, car avec lui vient le choix. Le changement et l'évolution sont les fondements de l'humanité et du monde lui-même. Tout comme Dame Nature manqua de disparaître lorsque les mortels ne crurent plus en elle, et comme leur foi la magnifia en déesse à sa mort, les dieux sont le reflet des mortels et de leur foi.


La question, dès lors, n'est plus : suis-je en accord avec les volontés de mon dieu - avec sa crainte d'y perdre mes pouvoirs prêtés ? Elle doit être : suis-je en train de rendre mon dieu digne de foi ? Je modèle le divin à l'image du monde et des mortels, suis-je en train de le modeler avec justesse ou avec crainte ?


De cette voix, de la diversité des points de vue sur le divin, naîtront les ordres, des associations de croyants d'une ou plusieurs divinités, de membres des ordres aux fidèles dont la foi ne diffère que de son exécution et de son importance. C'est l'hétéroclisme des avis mortels qui permet aux dieux d'être dignes de foi aux yeux de chacun et nul ne saurait interdire les ordres nécessaires au doute des Grand-Prêtres."


Lexique


Terminologie

Explications

Route des Vins

Pélerinage mené par le Grand-Prêtre du Temple de Brastos ainsi que par le Maître Paladin avec une grande partie du Temple tous les six ans afin d'aller à la rencontre de tous les peuples et Royaumes.

Brasthelln

Nom désignant les "Sages Joyeux" qui sont les études de prêtrise à Harroka du Temple de Brastos.

Dlyz

Noms des prêtres en devenir durant leurs études de Brasthelln à Harroka.

Croche du Continent

Pèlerinage effectué par les prêtres de Harroka à la fin de leurs études de prêtrises pour obtenir leurs derniers pouvoirs.

Dégustations Pensives

Les dégustations pensives sont des apéritifs durant lesquels les prêtres à Harroka échangent au sujet de la théologie.

Vents Contraires

Durant les études de prêtrises à Harroka, l'étape des Vents Contraire est le moment où les prêtres décident de se spécialiser.

L'Hymne de Brastos

Chant résonnant lors de la soirée de Célébrations organisée une fois chaque année en des lieux et à des dates différentes grâce auquel les prêtres reçoivent leurs pouvoirs.

Notes

Les Notes sont quatre prêtres ou paladins élus par le Temple qui représentent l'une des quatre facettes du divin : leurs voix forment le chant du Temple qui indique les décisions de ce dernier.

Rythme

Mélodie propre à chaque paladin qui les guide au cours de chaque combat.

Peintures Etranges

Pèlerinage des prêtres obligatoire durant un an auprès d'un autre temple de l'un des douze.

Peintures Guerrières

Pèlerinage des paladins de Brastos à Minghelle pour y étudier leurs manières de combattre.


Fidèles du Temple

Amalthée

Amalthée

Occupation : Inconnue

Calypso

Calypso

Occupation : Anarchiste

Kele

Kele

Occupation : Paladin de Brastos

Artefacts en possession

  • Logo-forumactif.png
  • Logo_Discord_2015
bottom of page