top of page

Lignage

« Huit ébènes, huit Esabia et Son nom à jamais sera scellé. Que tout oppose les Huit êtres protecteurs du secret. »

Fondation et clôture :

Type d'Organisation :

4952 av. T.C. - ...

Oligarchie

Par son pouvoir, Esabia créa le Lignage pour unir Faederath et Hommes.

Ténèbre pour refuge et inspiration, c’est le monde qu’ils façonnent,

Arrivent le pouvoir et la corruption, détruisant les Faederath,

Hégémonie des hommes vaincue par le Secret des Ebènes,

Esabia n’est plus, mais en silence, son retour ils vénèrent.

Prophétie de la Tisseuse



Ère Unisson

En des temps immémoriaux

De techniques et de magie,

Prélude du Peuple génie

Vainqueurs et territoriaux,

Tombeau des peuples jadis libres.

Des terres aux mers, il s'étend

Provoquant le déséquilibre,

Et ainsi somment l'océan,


Vient la Déferlante Grise,

Des cages et des emprises

Pour la liberté les brise.


L'avare désavoue les astres

S'éloignant des lignes du temps,

Engendrant ce divin désastre.

Qui, sans mémoire, répand dans

son sillage, les opprimés.

Au premier vent de liberté,

Jaillit d'une ère l'origine,

Au cœur de landes en ruines.


Vient la Déferlante Grise,

Des cages et des emprises

Pour la liberté, les brise.


Emergent des bois et tréfonds,

Des cieux couverts et éclaircis,

Quand le glacier éternel fond,

Les peuples jamais asservis.

Aux innombrables prophéties

Appelant leurs trois protecteurs,

Tisseuse, Esabia et Sœur,

L'Ere Unisson ainsi naquit.

Chant sorcier, Acte I, Le Basculement



Le premier des Joyaux, la nuit chantant le jour,

Perles de nos âmes ; symbole du futur,

Au cœur du Soi nous pâme, et notre Art murmure

Les desseins des royaux, prêts à tout par bravoure.


Jessalyn à ses loyaux, offrit un discours.

Au milieu des flammes, débuta l'aventure.

Nul ne vit le drame ; par le sort du glamour,

Vésanie du noyau, ce que la fille encourt.


Aucun ne sut ce qu'elle reçut de l'infini,

Elle n'en parla pas : le prix de l'harmonie.

Le poids des âges, invisible sur son visage.


Ainsi naquit la plus prospère des nos ères,

Du rivage de ses chants, apparut le Lignage.

Et ainsi s'occis la première des Sorcières.

Chant Sorcier, Ere Unisson - Acte III, le Lignage de Jessalyn.



Le grondement des montagnes des gorges carbonisées

Jaillit en séismes de leurs rages ardentes bridées.

Sur les cités érigées planèrent l'ombre de leurs ailes,

Nul ne savait encore ce qui déclencha la querelle,

Par dizaines, ils s'envolèrent de Petite Quellar,

Des jeunes aux reflets azurés, aux grisés des vieillards

Tous prirent part au Fléau, ivres des nouvelles batailles,

Des exhalations de leurs ennemis, burent la peur.

Tous devaient protéger le Trésor en sommeil dans leurs cœurs.

Rien n'apaisa leur ire, ni suppliques, ni funérailles

Fils sans parents, parents sans filles, par les cieux arrachés,

N'eurent plus aucune peur face à leurs espoirs profanés,

Manipulèrent l'Art ; l'aiguisèrent, le muant en arme.

Et dans les esprits de leurs adversaires ils s'invitèrent

Leurs ennemis pour alliés, l'affrontement fit vacarme.

Dans les cieux enflammés planèrent, les monstres de cette ère,

Que ni la Sœur, ni la Tisseuse ne purent apaiser.

Dévorant le monde dont ils ne connaissaient que la guerre,

Mais surtout la mort de Celle qui avait su écouter.

D'une simple écaille pour présent à Celle qui viendrait.


Ainsi les Hommes firent de leur rage et Art une guerre ;

Du sang des leurs se nourrirent pour élever une armée.

Jessalyn retournée à Ptahe pour une éternité,

Emblème d'alliance pour la liberté de naguère.

Tous s'en accusent et rejettent la faute sur autrui

Et tous oublient la raison des sacrifices qu'elle fit

Ils condamnèrent le rêve de la fille de notre âme.

Une nouvelle fois face aux hommes qui la protégèrent

Et qui, pour elle, emplirent les rivières de sang impie ;

Des nouveaux ennemis qui furent les alliés d'hier

Disséminant au Gris les prémices de la zizanie.

Les rugissements du ciel furent condamnés au silence,

Par le don d'Art qu'ils altérèrent au détriment du Soi,

Ainsi, furent proclamés en liesse vainqueurs et rois,

Ceux qui commirent cent maléfices de munificence.


Des cieux éteints ne plurent plus que, dix ans durant, des cendres.

Des carcasses ensevelies par les incessants tremblements

Nul ne put jamais plus les écouter ou même l'entendre

Le râle d'agonie avertissant de l'effondrement,

De la civilisation du Lignage tout entier.


Puisse ce Chant toujours incarner le lointain souvenir

De ce que jadis, Fléau des Dragons, au monde infligea

Pour ne plus permettre aux siens, de ses exactions, souffrir.

Par sa force, le Fléau, ainsi, mit fin à l'Unissons.

La prophétie susurrée de la Tisseuse alors nous scande,

Au Commencement, survenu de Kassil le lendemain,

L'Astre s'abandonna de son ciel et tomba dans les landes,

L'un de ses plus fidèles amis, l'accueillit en son sein.

Plus tard, prendra alors l'une de ses plus belles écailles,

Pour léguer le pouvoir qu'Elle n'aurait plus à endurer,

L'ami entraînera Andowin, de son amour la faille,

Pour que des nouveaux lendemains viennent à pérenniser

Les mortels du Fléau, ne virent qu'un ordre rétabli,

Des cités luisantes reconstruites plongeant dans l'Oubli,

Qu'aucune de leurs ambitions saurait se souvenir.

Chant Sorcier, Ere Unisson - Acte VII, le Fléau des Dragons.



Ère Seconde

Sur le trône aux crocs acérés des dragons,

Au-dessus des âmes des esclavagistes,

Le Sorcier de Guerre que nous vénérons,

Puisqu'à son nom, nous devenons royalistes.


D'écailles bâtie la Forteresse du Lignage,

Lorsque l'on arpente les tréfonds des catacombes,

Au cœur des terre, si l'on tend l'oreille, on entend

Dans le souffle du vent,

Dans les portes qui grincent,

Dans les feu crépitants,

Dans la moiteur perlant,

Qui vos peaux pénètrent et jusqu'à la moelle glacent

Les hurlements des dragons qui du haut des cieux tombent,

Sous les coups des hommes à l'invincible rage.


Voilà le monument de la victoire incontestée

Des hommes sur les êtres tout-puissants,

Des hommes sur les agents des douze divinités,

Des hommes sur la nature nous affamant,

Par leur pouvoir.

Par notre Art.

Par leur volonté.

Par notre Soi.

Par les toiles entremêlées ainsi bannissant la peur.


Que cette ère soit celle de la liberté,

Qu'elle soit celle de la prospérité,

De l'abondance, car nous ignorons la faim.

De l'éternité, car nous refusons toute fin.

Chant Sorcier, Ere Seconde - Acte I, les Monuments des Hommes.



Peinture, Ere Seconde. "Les Vaincus."



Saillants, aux éclats de rosée,

Émergent aux caresses alizées.

Ils dansent et dansent,

Un hommage de silence.


Ils luisent aux perles lunaires,

Dans un bain de minuit se vautrent,

Les cœurs qui partagent l'annulaire,

Les squelettes des nôtres.


Nos voix pour tombeaux

Nos Chants les accompagnent.

A jamais, à jamais leurs idéaux,

Nos larmes en témoignent.


L'Art s'est teinté ce jour,

Du Sang Gris de la foi.

Des volontés par l'espoir

Guidées pour toujours.


Les vainqueurs sont morts

Emportent du fléau le souvenir,

Les vaincus demeurent encore,

Prêts à bâtir un nouvel avenir.


Nos voix pour l'avenir,

Nos Chants les emmènent.

A jamais, à jamais leurs idéaux.

Nos larmes les retiennent.

Chant Sorcier, Ere Seconde - Acte III, Sang Gris.



Les Douze Régentes furent et deviendront

Ce que les douze Opales ornementeront.

Au gré Toiles, des pièges et soins vitaux,

Sous le regard des Astres primordiaux.


Que les mains de la Grande Eir

Autour de mes plaies se portent

Que maux et maléfices sortent.


Au cœur de nos foyers, les volutes,

S'étiolent par ce qu'elle transmute,

Briggit entend mon chant, je t'implore.


Ils emplissent nos vies de joie.

Beltane offre nous la chance

D'un jour chérir l'enfance.


Eclosent les roses de Litha,

Le long des chemins, ses yeux

Abreuvent les pétales soyeux.


Fais raisonner nos chants,

Et danser nos allégresses,

Des âmes, Matilda, tu es la liesse.


Au travers des nébuleuses,

Frigg, veuve parmi les obscures,

Démêle la toile que l'Art procure.


Idun que ta peau pâle t'honore,

Prête à tes fidèles d'éloigner

Un instant seulement la mort.


Que ma parole soit faite,

Que nul n'en doute jamais.

Par Var, nul serment je briserai.

Chant Sorcier, Ere Seconde - Acte VI, le Temps des Douze.




Ère Tierce

Jahida, Esabia

Esabia, Jahida

Jahida, Esabia

Esabia, Jahida


Nous provenons tous de la Déesse,

Et à ses ténèbres nous retournerons,

Comme une goutte de pluie d'allégresse,

Jusqu'à l'océan à qui nous appartenons.


Nous provenons tous de la terre,

Et à ses poussières nous unirons,

Comme les étincelles des cratères,

Tout contre elle s'éteindront.


Nous provenons de Vesperae,

Et à Vesperae nous retournerons,

Les yeux levés vers le ciel étoilé,

En quête de son infinité.


Rangs de joyaux, joyaux de rangs,

Ceux qui périssent à la vie reviendront.

De l'Art au Coeur, du Coeur au Soi,

Ceux qui chutent, à nouveau se relèveront.


Sanguines et couronnes de fleurs,

Le serment d'Esabia sera nôtre,

Valeurs des rituels, rituels de valeurs,

D'Esabia nous serons apôtres.

Chant Sorcier, Ere Tierce - Acte I, le Serment d'Esabia.



Sculpture, Ere Tierce - "Force."



Aux sons des sanglots ; armes que nous dégainons,

De nos chœurs en rythme, entends-tu nos émois ?

Pourquoi devons-nous à nouveau porter ce poids ?

Entends ! Nous chanterons jusqu'à la déraison.


Nous t'implorons, pour vaincre de nos ennemis.

De ces créatures qui, tiennes, nous attaquent,

Par ta magie, tes fils et filles périssent

Dans la terre battue de tes vertes prairies.


Par les défunts qui sur nos épaules incombent,

Nous t'implorons d'interrompre cette hécatombe.

Envoie-nous, de supplique, celle qui nous veille.


Ni nos Fortailés, ni nos douces Veuvacées,

Ni nos Salamandres, ni nos Idôlatrés,

Ne seront épargnées du massacre vermeil.

Chant Sorcier, Ere Tierce - Acte XII, Sang Rubis.


Ère Quarte



Hissez, hissez, aussi haut que vous le pouvez,

Percent les nuages les tours de vos foyers,

S'envolent des sommets la fumée de vos âtres.

Qu'il soit, des éclats de rire des vôtres, le théâtre.


Ptahe, Ptahe, hier et demain, nous t'attendrons,

Que ton silence dure un jour ou des millions.

Nous n'abandonnerons jamais nos maisonnées,

Car nous y cueillons les sépales de gaieté.


Que ce Chant soit symbole de ta patience,

Puisque d'elle naissent les fées de l'espérance,

Et tu es Faederath, tout comme ta Sœur.


Leur retour espéré puis regretté, puissent-ils

Entendre notre Chant depuis leur île d'exil,

Et de grâce, le pardon sentir dans nos cœurs.

Chant Sorcier, Ere Quarte - Acte I, l'Âge du Crépuscule.



Peinture, Ere Quarte - "Sagesse"



Dans l'insondable tanière de Demporer,

Les kyrielles d'éclats brillent de mille feux

Réchauffant l'âtre du Roi du Clan des Neigeux

Des wyvernes étaient les joyaux Funéraires.


Ainsi est descendu, le Roi de la Montagne,

Le héraut de Notre Aimée dans les profondeurs,

De son courage armé, il n'eût aucune peur

Car il sait, de toute son âme, qui l'accompagne.


Il savait pourtant que jamais, ô grand jamais,

Elle ne voudrait déranger ceux qui dormaient,

Ainsi fut annihilé le Clan des Neigeux.


De leur acte, même le Lignage bascula,

Dans les affres, l'usurpateur prit le pouvoir,

Et ainsi fut perdu de Ptahe le Joyau.

Chant Sorcier, Ere Quarte - Acte XIII, le Joyau Maudit.



Ère Quinte



Du tyran Aloïs, qui voulut, par vos parents,

Arracher la reine rubis nous appartenant.

J'abhorre la malice.


De ces insensés qui de votre chevelure,

Voulurent arracher sa parure,

Je blâme l'avarice.


Mais de vos fidèles qui au tout venant,

Vantait vos sacres par le sang.

J'honore la fierté.


Car ils se sont illustrés par leur Art.

A la manière d'honorer la mémoire

De l'âge du Crépuscule.


En votre nom nous servirons l'honneur,

Si de notre révolte, nous serions acteurs.

Illustre Poehina !


Pour parrer ta couronne te gloire,

Nous marcherons vers la victoire,

Pour la liberté !


Et si pour vous protéger, Rubis,

Sans craindre la mort, nous ferons

Un entier sacrifice.


Ptahe, qui pour le trône a formé vos attraits,

Des Esabia vous donna les vertus et les traits

Dans sa Grandeur.


Nous marchons dans un seul Soi,

Pour de votre armure, la faire éprouver

D'une reine digne la soie.

Chant Sorcier, Ere Quinte - Acte I, la Révolte Pourpre.



Peinture, Ere Quinte - Acte VI, Esabia Rubis.



Un rêve nuageux dans la nuit terrestre,

Je le suspendis au croissant d'Amarante,

A l'aurore naissante de Davos, chantent

Sans voix les oiseaux et les feuilles sylvestres.

Ils appellent là où le cœur a frémit

Les pierres depuis longtemps ensevelies.

Pour votre amour.


Un ouvrage est accroché au pied d'un éclair,

Niché au cœur roussi des murmures stellaires.

Mais nul ne désirera en suivre la piste

De ces chimères aux espoirs idéalistes.

Ils m'entraînent déjà loin.

Là où, dans le crépuscule de ce versant,

La foi se confond dans les mares de sang.

Si l'obscurité pose son manteau cramoisi

Je me rappellerai l'odeur de notre logis.

Pour votre amour.


C'est là que je devrais rendre hommage,

La nuit est là, pour me rendre hommage.

Je remue déjà dans ce sarcophage.

Douze ans avant le Gris.

Je ne sais plus où je suis ; Calice est brisé.

Je vois où je serai, dans trois éternités.

Si proche et si lointaine.

M'aimerez-vous toujours, encore ?

Si vous saviez, aurais-je votre haine ?

Qu'aurais-je pu faire de mieux ?

Pour votre amour.

Chant Sorcier, Ere Quinte - Acte IX, Le Voeu d'Esabia.




Références HRP

Musiques :

  • Soaring par Kevin MacLeod

  • Heartbeat par Alexander Nakarada

  • Loreena McKennitt - The Mystic's Dream

  • Loreena McKennit - Dante's Prayer

  • SKÁLD - Jólanótt


Ecrits

  • Ode à l'impératrice Eugénie par Charles Letourneau

  • An Danzza - Hekate

Visages du Lignage

Colotl

Colotl

Occupation : Scellée dans l'éther

Le Huit

Le Huit

Occupation : Scellé dans l'éther

Yacacuaztli

Yacacuaztli

Occupation : Scellé dans l'éther

Cualantli

Cualantli

Occupation : Scellé dans l'éther

Quetza

Quetza

Occupation : Scellée dans l'éther

Ihuicatl

Ihuicatl

Occupation : Scellée dans l'éther

Skelligar

Skelligar

Occupation : Contrefort de l'Île

Ixtelolotli

Ixtelolotli

Occupation : Scellée dans l'éther

Tezca

Tezca

Occupation : Scellé dans l'éther

Artefacts en possession

a028_p12.jpg

Fer du Crépuscule

Le Fer du Crépuscule aspire l'essence des créatures maléfiques à chaque coup porté, ayant également un effet de contre-sort. Une fois chargé, il déploie un rayon de magie blanche.

Bouclier Légendaire

Le Fer du Crépuscule est un bouclier destiné à affronter les créatures maléfiques. Il est l'un des héritages de Colotl.

a028_p12.jpg

Émeraude des Amazones

Cet arc a de nombreuses propriétés, mais la principale est de faire des explosions qui consument le mana pour générer des fleurs magiques.

Joyau Oublié

Arc de légende, offert à l'une des trois Amazones d'Emeraude a des pouvoirs de phytomancie.

a028_p12.jpg

Œil du Scorpion

La Lame est continuellement suintante et enduite d'un poison abjurateur provoquant une incapacité à lancer des sorts durant plusieurs secondes après chaque touche.

Epée Légendaire

L'Œil du Scorpion est une lame créée pour affronter les mages, il sera créé à l'image de Colotl et lui sera offert.

  • Logo-forumactif.png
  • Logo_Discord_2015
bottom of page